Succubus

Titre : Succubus, Blues (tome 1)

Auteure : Richelle Mead

Maison d’édition : Bragelonne (mais je l’ai lu en VO)

Note : 8,510

1106-succubus1

Résumé :  

Georgina Kincaid est succube a Seattle. A priori’ un choix de carrière plutôt sympa: la jeunesse éternelle, l’apparence de son choix, une garde-robe top-niveau et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n’est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rancard potable sans mettre en péril l’âme de l’heureux élu. Heureusement, elle est libraire, et son travail la passionne! Livres à l’œil, moka blanc à volonté… et la possibilité d’approcher le beau Seth Mortensen, un écrivain irrésistible qu’elle rêve – mais s’interdit – de mettre dans son lit. Mais les fantasmes devront attendre. Quelqu’un s’est mis en tête de jouer les justiciers dans la communauté des anges et démons. Bien malgré elle, Georgina est propulsée au cœur de la tourmente. Et pour une fois, ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d’aucun secours.

Mon avis :

Dans la catégorie : si j’avais lu le résumé et vu la couverture, je n’aurai jamais lu le livre, je demande Succubus ! Je ne suis même plus étonnée avec les Richelle Mead cela dit. Je ne sais pas pourquoi mais je déteste touuuutes les couvertures de ses livres. Que ce soit en VF ou en VO, je trouve ça moche et pas attrayant du tout. Après, c’est mon avis. Voir des mecs à poils ou des nanas en string ne m’intéresse pas des masses quand il s’agit de livres apparemment. Je remercierai éternellement Saefiel d’avoir été si enthousiaste en parlant des Vampire Academy qui m’ont mis directement sur la route de cette auteure !

Succubus donc. J’ai eu le même schéma de lecture que j’avais déjà eu avec Vampire Academy. Au départ, j’ai eu énormément de mal à entrer dans l’histoire. La mise en place des personnages et de leur vie était un peu lente et il y a un personnage qui m’a énervée à un point inimaginable. Ce personnage est le mec que je ne peux pas blairer dans la vie réelle. Il est imbus de lui même, sûr de lui et fait tout, TOUT, pour revoir les meufs. C’était chiant et lourd. Si bien que, dès qu’il apparaissait dans l’histoire, je levais les yeux au ciel et lisais en diagonale. Je l’ai détesté dès qu’il est apparu dans l’histoire et j’ai commencé à bien l’aimer à trois chapitres de la fin. Mon début de lecture n’était donc pas concluant. Je crois que j’avais un peu envie de retrouver la folie qui m’envahissait quand je lisais Vampire Academy… Sur Twitter, plusieurs personnes m’ont dit de continuer ma lecture et de me détacher de mon énervement. Et ces personnes avaient parfaitement raison. À partir du moment où j’ai réussi à passer au dessus de mon agacement, j’ai adoré ma lecture.

Déjà parce que l’auteure a réussi à me mettre dans un environnement que je connais. J’explique : le personnage principal, Georgina, travaille dans une librairie, et donne des cours de danse .méga important pour moi. Je connais très bien cet environnement et j’ai pu prendre mes marques avant de poursuivre dans ma lecture. Ensuite, j’ai bien aimé le personnage de Georgina. Je ne sais pas encore si je l’adore ou si je l’aime seulement bien parce qu’elle a une part sombre que je n’arrive pas à comprendre. Elle est marquée par une de ses erreurs du passé qui fait qu’elle se punit h24 en se privant d’être heureuse. Et je n’aime pas ça. Après, je peux comprendre qu’elle ait mal, qu’elle ait des soucis quant à sa condition de succube et ce sont ces problèmes là qui font qu’elle est plus proche des humains que des démons. Et ce sont aussi ces problèmes qui font qu’elle est facile à aimer… mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui me bloque et qui fait que je ne l’adore pas, ou en tout cas, pas encore ! Je lirai le tome 2 et peut être que ça changera ou peut être que je vais la détester et adorer un autre personnage. Avec Richelle Mead, on ne sait jamais à quoi s’attendre alors je laisse toutes les possibilités ouvertes. Je prends les lectures comme elles viennent et on verra bien. Je m’égare. J’ai donc bien aimé le personnage de Georgina que j’ai trouvé entier, plein de perspicacité, bourré d’intelligence et d’humour.

Il y a plusieurs aspects de la religion qui sont disséminés ici et là dans ce premier tome. Notamment avec la question sur les différences entre les démons, les anges et les néphilims. Les passages sur la Bible m’ont passionnée et je suis à deux doigts .ou plutôt une vingtaine même. de lire intégralement la Bible. Et dire que, quand j’avais huit ans, on me traînait de force au catéchisme. À vrai dire, je ne suis pas fan des religions. Je ne suis pas fan de leur doctrine et de leur message de tolérance envers tous mais pas envers les homos parce que c’est sale MAIS tout le monde ne pense pas comme ça, croyant ou pas et, on ne peut rien dire quant à la qualité des textes fondateurs. Ils sont beaux et bien construits et méritent d’être lus, au moins par extrait. Et quand je vois comment ces textes sont utilisés dans les romans, dans les chansons ou même dans les films, ça me donne envie de les redécouvrir.

Autre bonne découverte dans ce premier tome : j’ai adoré les flashbacks de la vie de Georgina. Je suis le genre de lectrice qui adore comprendre. J’aime comprendre comment un personnage est arrivé là où il en est dans sa vie. Et, avoir les flashbacks ont satisfait cette envie de comprendre. J’ai aimé avoir un aspect complètement différent de Georgina. Dans ces retours en arrière, elle n’est plus succube, elle est elle : humaine, entière et aimante.

Mention spéciale pour les amis de Georgina que j’ai trouvés adorables (Et Carter <3) ! Au final, je traînais des pieds pour continuer ma lecture et ça s’est vite transformé en une envie de lecture constante, comme une drogue. Je ne pouvais plus lâcher ma lecture. Je voulais plus, toujours plus. Je voulais le dénouement… que j’ai adoré. J’ai une envie folle de commencer le tome 2 directement mais j’ai des livres pour mon mémoire à lire. Je n’ai absolument pas envie de les lire mais, si je m’écoutais, je n’avancerai jamais dans mon travail et je n’aurais que des lectures plaisir. À un moment, il faut savoir être raisonnable. Je vous conseille de lire les romans de Richelle Mead. Choisissez en un et laissez vous guider dans tous les univers, vous n’en sortirez pas indemne.

Temps de lecture :

Six aller-retour… temps variable puisque oubli de sortir de métro, oubli que c’est mon arrêt de bus et prolongement volontaire du temps de trajet !

Support utilisé : 

Ma Kobo, ma deuxième plus fidèle amie (après Maggie).

au revoir

Publicités

One Reply to “Succubus”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s